rpg sur la ville de new-york
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey bienvenue à toi Invité et merci de ton inscription.
Nous avons besoins d'homme sur le forum, merci de privilégier les rôles masculins s'il vous plaît
Hello les poussins, pensez à venir vous recensez si vous souhaitez rester parmis-nous ICIII
Chers futurs membres, nous ne voulons pas de membres kleenex donc si vous ne souhaitez vraiment pas vous investir à fond ne venez pas Wink

Partagez | 
 

 Kaelyn&Reagan ☀Catch me, I'm falling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

✎ à new york depuis le : 01/10/2016
✎ anniversaire : 01/05/1986
✎ messages : : 10
✎ avatar : Nyle DiMarco
✎ autres persos : je ne suis pas encore schyzo.

✎ to do list : Parler à Kaelyn.


Kaelyn&Reagan ☀Catch me, I'm falling || Mer 5 Oct - 16:21

J’avais demandé à Kaelyn de lui parler, une seule fois, sous ses conditions, pour ensuite ne plus jamais la revoir si tel était son désir. Je l’avais fait dans des circonstances plutôt désarmantes, compte tenu que ce jour-là, je ne m’attendais clairement pas à le croiser dans ce café que je ne connaissais pas, dans ce café où elle se trouvait à travailler. Après cela, je n’avais pas osé y retourner, m’étant contenté d’attendre, pendant un moment, qui m’avait semblé une éternité, qu’elle veuille bien me contacter. Un message, un appel, j’avais attendu, j’avais été patient et au bout du compte, je n’avais pas été déçu. Cela avait pris du temps, suffisamment pour que je me dise que je ferais mieux d’oublier cette idée, cette utopie, mais finalement, j’avais eu un message de sa part. Sitôt que je l’avais lu, bien que je sois emballé de sa réponse positive pour le coup, j’avais jugé plus sage de garder ma contenance, puis j’avais mis en place avec elle un rendez-vous, à Central Park, après nos services respectifs. Sitôt que ce fut établi, j’attendis ce jour, jour qui était aujourd’hui. Pendant un moment, j’avais eu l’impression qu’il n’arriverait jamais, mais une fois qu’il fut arrivé, je me rendis compte que celui-ci était arrivé trop rapidement, qu’au bout du compte, lorsque je me levai, je réalisai que je ne savais pas ce que je pourrais lui dire exactement, ou plutôt, comment j’allais le dire. Il y en avait tant que je voulais lui avouer, sans être certain que ce soit vraiment une bonne idée. Ferais-je limite mieux de me faire des notes ? Aussi désespéré cela puisse-t-il être, j’y avais songé, pour, heureusement, abandonner l’idée. Ce que je fis plutôt, c’est que je remuai le tout dans ma tête, toute la journée, si bien que clairement, je ne fus pas des plus productifs. Je n’eus pas nécessairement de ratés, puisque mon boulot n’était pas compliqué, et être sur la route m’avait appris à garder mon attention sur ce qui se passait autour de moi tout en réfléchissant à autre chose, de complètement différent. Cependant, cela fit en sorte que d’un côté, la journée sembla passer lentement, puisque j’angoissais à l’idée de la revoir, et de l’autre, elle passa trop rapidement, puisque lorsque fut l’heure de quitter mon service, je réalisai que je ne m’étais toujours pas décidé sur ce que je pourrais lui dire. Le coeur battant la chamade, parce que je ne pouvais pas - et je ne voulais pas - faire marche arrière, je profitai des dernières minutes que j’avais seul derrière le stand pour préparer un bol de glace bien précis. Pas pour moi, parce que je n’avais pas les médicaments pour pouvoir le digérer, mais pour Kaelyn. Une offrande de paix ? Un cadeau bien idiot ? Les deux, j’aurais tendance à dire. Puis, une fois que ce fut fait et que quelqu’un vint prendre ma place, je quittai mon poste, la glace entre les mains, puis je me rendis à l’endroit précis où nous nous étions donnés rendez-vous. Apparemment, j’avais pris un peu plus de temps que je l’avais cru dans un premier temps pour quitter mon poste, puisque de loin, je reconnus sa tête blonde que je saurais reconnaître entre mille. Prudemment, je m’approchai, et une fois que je fus à une distance raisonnable - mais pas trop près - je lui dis, timidement:  « Salut… » Puis, toujours sans m’approcher, je lui tendis la glace, et j’ajoutai, dans un rire nerveux:  « Tiens, c’est pour toi… C’est ta préférée, si je me souviens bien… » Au final, je ne regrettai pas de lui avoir apporté, puisque tandis que j’attendais sa réaction, je me rendais compte qu’ainsi, je pouvais engager la discussion, jauger son état d’esprit, et éventuellement, m’ajuster, savoir si je pourrais m’asseoir non loin d’elle, même si ça, je n’en étais pas du tout convaincu, à mon grand désarroi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

✎ à new york depuis le : 30/09/2016
✎ anniversaire : 18/11/1987
✎ messages : : 7
✎ avatar : Emily VanCamp
✎ autres persos : Non

✎ to do list : uc


Re: Kaelyn&Reagan ☀Catch me, I'm falling || Mer 2 Nov - 21:30

CATCH ME, I'M FALLING × ft. REAGAN & KAELYN
Je me demandais bien ce qu’il m’avait pris d’accepter la proposition de Reagan. Qu’est-ce que je pouvais bien en avoir à faire de ses regrets, de ses remords ? Plus rien… Cet homme me dégoutait simplement, il n’était synonyme que de tristesse, de peur, de haine, rien de positif n tout cas. J’avais dû faire le deuil de notre enfant avant même qu’il ait pu venir au monde à cause de lui, tout ça parce qu’il avait littéralement pété les plombs. Je m’en voulais tellement d’être tombée amoureuse de cet homme-là. Oui j’avais été heureuse, à une période seulement, mais en quelques minutes à peine tout avait été détruit, et j’avais eu beaucoup de mal à m’en remettre. Probablement que je ne me remettrais jamais de ce que j’avais vécu mais au fil du temps j’apprenais à vivre avec. J’avais envoyé un message à Reagan pour lui dire que j’acceptais de le rencontrer pour qu’il me parle, parce que personnellement je n’avais rien à lui dire si ce n’étais qu’il me dégoutait au plus haut point. D’ailleurs je ne comprenais même pas qu’il puisse avoir le culot de se pointer là et d’oser m’adresser la parole après ce qu’il avait fait. Mais d’un côté je me disais qu’il y avait eu un truc qui avait fait qu’il avait agi comme il l’avait fait. Je savais pertinemment que Reagan n’était pas un homme violent, sincèrement j’aimerai connaître la raison qui l’a poussé à faire cela, peut-être que je pourrais mieux le comprendre bien que jamais je ne pourrais lui pardonner son geste. Je lui avais donné rendez-vous à Central Park. Ce n’était pas par hasard, je voulais un endroit où il y avait du monde et où il ne pourrait pas me faire de mal, oui il me faisait peur et je n’avais plus confiance en lui. J’étais arrivée un peu avant l’heure prévue et j’en avais profité pour m’installer tranquillement quelque part, je l’attendrais là, j’espérais qu’il allait me trouver, ou pas. Enfin, j’étais assez en vue et sans doute qu’il ne me louperait pas, j’étais capable de le reconnaitre parmi mille alors sans doute que c’était pareil pour lui. J’attendais donc patiemment qu’il arrive bien que la patience ne soit pas une de mes plus grandes qualités. A vrai dire, je ne l’avais pas vu arriver. En fait, je n’avais même pas essayé de le voir arriver si bien que j’avais été surprise de l’entendre me parler et j’avais presque sursauté. J’avais esquissé un petit sourire sans vraiment savoir pourquoi, je n’étais pas spécialement heureuse de le voir. En fait je lui en voulais pour tout ce qui c’était passé mais au fond de moi je savais qu’avant que tout cela n’arrive j’étais folle amoureuse de lui et je ne me voyais pas finir ma vie sans lui, comme quoi la vie peut facilement vous faire changer votre vision des choses et ce en très peu de temps. « Salut Reagan. » J’essayais de ne pas croiser son regard. Je prenais délicatement le pot de glace au chocolat qu’il me tendait. « Merci, et en effet c’est bien ma préférée… » Cette fois je n’avais pas eu d’autre choix que croiser son regard. Je n’avais pas envie de me fâcher avec lui, j’avais l’intention de le laisser parler et l’écouter en tentant de ne pas m’énerver, je n’avais pas besoin de ça. Je me décalais un peu pour lui laisser de la place. « Assieds-toi, tu ne vas quand même pas rester debout. Je sais bien qu’on ne va pas passer deux heures ensemble mais bon, quand même. »
   
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

✎ à new york depuis le : 01/10/2016
✎ anniversaire : 01/05/1986
✎ messages : : 10
✎ avatar : Nyle DiMarco
✎ autres persos : je ne suis pas encore schyzo.

✎ to do list : Parler à Kaelyn.


Re: Kaelyn&Reagan ☀Catch me, I'm falling || Sam 5 Nov - 21:57

Au moins, j’avais pris la bonne saveur de glace. C’était déjà un bon début, tentais-je de me dire, même si au fond, j’étais bien conscient que ce n’était là qu’une futilité, un détail, une attention qui, au fond, était peut-être de trop. Pourquoi lui avais-je apporté, au fond ? Parce que c’était dans mes moyens, parce que j’espérais au fond que je pourrais calmer la tension qui régnait entre nous. En vérité, il n’en fut rien, je sentais bien, par son regard, par ses dires, qu’elle était trop peu encline à être ici, ce qui me rendait encore plus inconfortable. Mais en même temps, ce n’était pas comme si je pouvais m’attendre à ce qu’elle adopte une attitude chaleureuse, contente de me voir. Depuis longtemps, je me doutais que plus jamais elle ne voudrait me revoir, et j’avais eu confirmation de cela il y a quelque temps, quand je l’avais revue pour la première fois. Plus encore, j’avais compris autre chose qui m’avait blessé; elle me craignait. Je savais bien qu’elle avait ses raisons, mais cette constatation m’avait fait mal au coeur, parce que qu’importe ce qui s’était passé, j’aimais Kaelyn, j’avais toujours été persuadé qu’elle était la femme de ma vie, et la perdre avait été ma punition pour ne pas avoir pris soin d’elle, de notre enfant. Par conséquent, il était clair que la voir me craindre, la savoir froide, n’était pas rassurant, mais parce que c’était normal de sa part, je supposais, il me fallait composer avec. Je choisis donc de m’en tenir à la base, à la raison de notre rencontre - parce que je ne m’osais même pas à appeler cela un « rendez-vous » - et je lui répondis alors:  « Merci d’avoir accepté, au fait… », trouvant ma réponse bien pathétique, d’autant plus que je ne m’étais même pas assis, pas encore. Pouvais-je vraiment me le permettre ? Serais-je obligé de subir cette vision d’elle qui se décale sur le banc pour que je ne sois pas trop près d’elle ? Pour cette simple raison, j’aurais refusé de m’installer de mon propre gré, mais puisqu’elle me l’avait proposé, je choisis au final d’obtempérer et je m’assied, à une distance raisonnable d’elle quand même. Je ne pouvais pas nier que cela ne me plaisait pas des masses, mais j’étais conscient que là, je ne pouvais faire mieux. Puis, une fois que je fus installé, je m’appuyai sur mes genoux, considérai le sol pendant un moment, laissant un silence s’installer, parce que pour tout dire, je ne savais pas comment commencer. Maintes fois, j’avais songé à ce que je lui dirais, mais jamais je n’avais su mettre tout cela en ordre dans ma tête. Puis, quand je me rendis compte que je ne pouvais tout simplement pas me lancer dans mon discours, je me redressai, puis je dis, quelque peu maladroitement:  « Écoute… Je me doute bien que ça ne va probablement rien changer, et je ne t’en voudrai pas si tu choisis de ne plus jamais me revoir après ça… S’il le faut, je partirai ailleurs, je te laisserai tranquille… » Je m’interrompis quand je me rendis compte que j’étais seulement en train de lui répéter environ ce que je lui avais dit au café. Me ressaisissant, j’inspirai profondément, puis j’ajoutai:  « Mais… Je tenais à te dire la vérité, t’expliquer ce qui s’est passé… » J’aurais voulu ajouter « ce soir-là », mais ce simple terme me semblait trop complexe en soi à prononcer. Au bout du compte, je choisis de m’interrompre à ce moment, puis pour la première fois depuis que j’étais arrivé, me semblait-il, je m’osai à tourner le regard en sa direction, non pas juste pour constater sa présence, mais pour la regarder, vraiment, et ainsi, voir qu’en fait, elle était toujours aussi belle, même si ses traits avaient quelque chose de plus fatigué, comme une personne qui en avait vécu lourd dans sa vie. Ces traits, elle ne les avais pas avant, pour sûr, j’étais à la source de ceux-ci… Sentant une vague de culpabilité m’envahir, j’eus un rire nerveux, et je reportai mon regard vers le sol encore une fois avant de dire:  « Enfin, je ne sais pas pourquoi, mais… Voilà. », bien décidé par la suite à ne pas ajouter quoi que ce soit, attendant de voir si, en gros, j’avais son accord pour commencer à parler ou pas, parce qu’elle était parfaitement en droit de se raviser, et je n’allais pas le lui empêcher si c’était ce qu’elle souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Re: Kaelyn&Reagan ☀Catch me, I'm falling ||

Revenir en haut Aller en bas
 

Kaelyn&Reagan ☀Catch me, I'm falling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 02. Catch me, I’m falling.
» Topic Catch
» Catch WWE
» Extreme Catch
» Topic Catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APPLE PIE ™ :: Croquer la pomme à pleines dents :: Manhattan :: Central Park-